maigrir-metabolisme-base

Vous trouvez que le titre de notre article semble tout droit sorti d’un magazine qui vous promet monts et merveilles? Certes, mais nous nous sommes aperçus que de nombreuses personnes n’étaient pas familières avec le principe de “métabolisme de repos”. Lorsqu’on parle « calories », « dépenses caloriques » et autres « régimes amaigrissants », tous ces mots sont en lien avec des méthodes d’amincissement qui rythment nos vies et nos inexorables variations de poids. Mais le « métabolisme de repos » ? Il se pourrait bien que cela vous intéresse si je vous dis que ce dernier peut offrir la sympathique perspective de brûler des graisses sans rien faire. 

 

Maigrir en régulant son métabolisme

 

Nous sommes tous concernés par le surpoids, même les sportifs les plus performants et les plus assidus. Nous vivons dans un contexte social et économique qui favorise énormément le surpoids avec des produits et un mode de vie qui nous font grossir mais paradoxalement nous avons pour volonté d’être mince. Pour arriver à nos fins, quels sont les moyens qui s’offrent à nous ? La diététique, les régimes miracles, le sport, les jeûnes, le cardio-training, la musculation… Nous avons déjà abordé une bonne partie de ces thématiques mais aujourd’hui nous allons nous intéresser à un phénomène physiologique qui a une incidence directe sur la prise de poids : le métabolisme de repos.

Nous ne sommes pas tous égaux devant le poids

Pour commencer, il est important de comprendre quelque chose d’essentiel, c’est que nous ne sommes pas tous égaux, génétiquement parlant, devant le surpoids, autant dans la prise de gras que dans la perte. Notamment à cause d’un facteur physiologique qui joue un rôle considérable dans la gestion du poids : le métabolisme de repos (aussi appelé métabolisme de base).

Pour faire fonctionner notre corps humain, même en dormant, notre corps a besoin d’énergie et donc de carburant. Le métabolisme de repos représente la dépense calorique que vous avez au repos, sans rien faire, pour assurer les fonctions vitales de votre organisme : respiration, digestion, battements cardiaques… Ce métabolisme de repos représente une partie importante de la dépense calorique quotidienne, tant chez les sportifs que chez les personnes qui bougent peu. Il se trouve que nous n’avons pas tous le même métabolisme de repos : il serait plus ou moins élevé selon les personnes. Pour un même gabarit, celui d’un homme de 80 kilos par exemple, le métabolisme de repos peut varier. Les personnes obèses ont un métabolisme de repos très bas et les personnes très maigres ont souvent un métabolisme de repos, à l’inverse, très élevé. Ce phénomène expliquerait pourquoi certaines personnes peuvent se goinfrer sans prendre un gramme quand d’autres gonflent aux moindres écarts. La vie est parfois terriblement injuste… Pour maigrir, il faut donc agir sur ce métabolisme de repos, en essayant de l’augmenter et à défaut, de ne surtout pas l’abaisser, ce qui serait synonyme de prise de poids.

Comment augmenter son métabolisme de repos ?

Pour élever son métabolisme de repos et nous permettre de brûler plus de graisses sans rien faire… le sport serait le meilleur moyen. Mais quel sport et à quelle fréquence ? En fait, peu importe le sport, on constate que le métabolisme de repos est plus élevé dans les heures qui suivent un effort physique intense, jusqu’à 24 heures, voire 48 heures après la séance ! Ce phénomène est expliqué par le fait que le débit cardiaque et la ventilation pulmonaire restent élevés après la séance, ainsi que le besoin pour l’organisme de réparer les « dégâts » tissulaires provoqués par l’entraînement et la reconstitution de ses réserves, notamment à travers la synthèse des protéines. Plus l’effort physique est long et intense, plus les répercussions sur le métabolisme de repos seront significatives après l’entraînement. Un entraînement court (moins de 20 minutes) à intensité faible n’aura, quant à lui, pratiquement pas d’impact sur le métabolisme de repos après la séance. Pour bénéficier de cette réaction physiologique, il faut sortir de sa zone de confort et aller dans l’intensité et, si possible, dans la durée. Pour maigrir, il faut savoir souffrir. Souffrir ne veut pas forcément dire se faire mal à outrance mais ce n’est pas en pédalant tranquillement, sans se fouler  que l’on maigrit. En somme, lorsqu’on fait du sport de manière intense, on brûle des calories pendant mais aussi après l’effort, dans une proportion moindre bien évidemment.

Un régime amaigrissant sera donc toujours beaucoup plus efficace s’il est constitué d’une activité physique régulière en complément d’une diète alimentaire. De plus, une autre donnée joue une nouvelle fois en faveur du sport dans la quête de la minceur, c’est que l’activité physique intervient également dans les mécanismes de la faim. Attention selon les profils cela peut-être différent : pour certains, l’activité physique permettra de contrôler leur appétit pour d’autres les pics et baisses d’insuline pourront les rendre particulièrement dépendants de la nourriture après le sport. Nous vous conseillons dans ce cas de bien penser à manger avant le sport (pomme par exemple ou une barre protéinée)

Pourquoi vaut-il mieux maigrir lentement ?

Le métabolisme de repos comme nous vous en parlions peut être amené à diminuer : ce qui aboutit à une prise de poids dans la mesure où l’on va brûler moins de gras au repos. La baisse du métabolisme de repos, constitue un véritable frein si l’on veut maigrir : cette baisse du métabolisme de repos est principalement causée par le fait de perdre du poids trop rapidement. Plus la perte de poids sera rapide, plus la diminution du métabolisme de repos sera importante. Pourquoi ? Le corps se régule tout simplement au même titre qu’il l’a fait depuis des siècles ou à l’ère paléo : si la nourriture diminue alors le corps pour continuer à vivre doit lui aussi diminuer sa consommation. Ceci apporte enfin une explication claire au fameux « effet yoyo ».

 

Pour résumer pour augmenter son métabolisme de repos :

Ne faites pas une diète alimentaire sans faire de sport à côté
Faites du sport (peu importe lequel) d’une manière relativement intense (le cross-fit est par exemple assez intéressant)
Ne faites surtout pas de régime hypocalorique trop brutal
Ne perdez surtout pas de poids trop rapidement, maigrissez lentement.

Et vous, si vous passez par là, dites-nous comment et surtout en combien de temps vous êtes parvenus à perdre du poids (sans en reprendre) !

 

Les commentaires ne sont plus autorisés sur cet article.