proteines-diversification

A l’heure de la surabondance alimentaire, de nombreuses personnes aspirent à être en bonne santé, en consommant des produits sains, et en veillant à un apport optimum dans chacun des nutriments nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Protéines, glucides, lipides, fibres et minéraux sont indispensables à notre corps pour qu’il reste en bonne santé.
Ainsi, tout le monde a au moins entendu une fois dans sa vie parler de l’importance des protéines. En effet, parmi les nombreux acides aminés qui les composent, 8 ne peuvent pas être fabriqués par notre corps. Il est donc indispensable d’apporter à notre corps ces protéines grâce à une alimentation équilibrée. Mais que sont exactement les protéines, et dans quels produits les trouve-t-on ? A quoi servent-elles, et faut-il diversifier leur provenance ? Si oui, de quelle manière ? Quelles autres sources de protéines peut-on trouver à l’heure actuelle que celles que nous connaissons ? Telles sont les interrogations auxquelles nous allons tenter de répondre.

Qu’est-ce qu’une protéine ?

 

Tout comme les glucides, et les lipides, les protéines forment l’une des 3 grandes familles de macronutriments.
Vous avez compris qu’il n’est donc pas envisageable de faire l’impasse sur un apport quotidien en protéines pour notre corps. Une protéine (également nommée protide) est en fait un assemblage de différents acides aminés, dont certains ne peuvent pas être produits directement par notre organisme. En général, une protéine est un assemblage de plus de cent acides aminés, qu’elles soient d’origine animale ou végétale.

A quoi servent les protéines ?

 

Le mot protéine est issu du grec « prôtos », qui signifie « essentiel ». Il est donc aisé de comprendre l’importance de leur fonction au sein du corps humain. En effet, les protéines ont pour rôle d’assurer la majeure partie des fonctions cellulaires de notre organisme. De plus, étant la seule source d’azote pour ce-dernier, elles sont juste indispensables pour assurer le bon fonctionnement de celui-ci.Les protéines servent entre autre à assurer la construction, et le renouvellement de notre peau, de nos muscles, de nos os, de nos cheveux et de nos ongles également. Elles sont également de première importance pour notre système immunitaire, en permettant à notre organisme d’être en mesure de se défendre contre les virus et les bactéries. En résumé, elles sont donc indispensables au maintien de la vie, puisqu’elles interviennent dans de très nombreuses fonctions biologiques vitales.

Comment se rend-on compte d’un manque de protéines ?

 

La fatigue peut-être un signe d'un manque de protéines

La fatigue peut-être un signe d’un manque de protéines

Le manque de protéines peut se traduire de différentes manières. Cependant, dans la majeure partie des cas, on note une fatigue importante, des troubles de l’immunité, comme des problèmes pour se concentrer… En Occident, un manque de protéines reste relativement peu fréquent, puisque l’on a même tendance à en consommer trop, et s’observe le plus souvent chez des végétaliens, des personnes âgées qui se nourrissent mal, ou des personnes pratiquant un régime alimentaire trop sévère.
Plusieurs signes sont révélateurs d’une carence en protéines : une envie de sucres sans arrêt, une sensation de faim constante, une grande fatigue, et une difficulté à se concentrer sont révélateurs d’un manque de protéines.

Où trouve-t-on des protéines ?

 

Les protéines peuvent être classées en deux catégories : les protéines végétales et les protéines animales.
Les protéines animales se trouvent dans la viande, le poisson, les insectes, les œufs, les produits laitiers et les crustacés. Les protéines végétales, quant à elles, se trouvent dans les légumes secs, les céréales, le soja, le tofu ou les fruits secs.

proteines-animale

Protéines d’origine animale

Que penser des régimes « sans viande » ?

 

Face à une telle importance des protéines dans notre alimentation, est-il possible de se passer complètement de la viande et du poisson en pratiquant un régime dit végétarien, voire des protéines animales dans leur ensemble de par un régime végétalien ? En ce qui concerne le régime végétarien, il n’y a aucun souci, puisque ces-derniers trouveront des protéines dans les œufs et les produits laitiers, ainsi que dans les protéines végétales. En revanche, les personnes ne consommant aucun produit d’origine animale « régime végétalien » devront prendre des compléments alimentaires afin de pallier à certains manques.
Cependant, il faut noter que les protéines d’origine végétale n’ont pas les mêmes qualités que les protéines animales. En effet, les protéines d’origine végétale ne possèdent pas certains acides aminés contenus dans les protéines animales. Les végétariens arriveront à trouver ces acides aminés dans les œufs et les produits laitiers, mais pas les végétaliens, d’où la nécessité pour eux de pallier au manque de certains de ces acides aminés avec les compléments alimentaires. Ainsi, afin d’obtenir un apport en protéines végétales équilibré en acides aminés, il faut veiller à associer des légumineuses (comme les lentilles, les fèves, les pois…), avec des céréales (riz, blé, maïs, quinoa…).
Les effets d’un régime végétarien, voire végétalien sur certaines pathologies, comme l’arthrite rhumatoïde par-exemple, ont été étudiés, et plusieurs études ont démontré que ces régimes alimentaires avaient la capacité de diminuer les symptômes de l’arthrite rhumatoïde, comme les douleurs provoquées par l’inflammation.

Quelle quantité de protéines est-il recommandé de consommer au quotidien ?

 

Les nutritionnistes recommandent la consommation quotidienne de 60 à 80g de protéines chaque jour pour rester en bonne santé.
D’après l’étude INCA2, les apports en protéines actuels de la population sont assurés à 30% par les produits carnés, et à 17% par les produits laitiers, dont 9% est assuré par la consommation de fromages.

Faut-il diversifier l’origine des protéines ?

 

Comme nous l’avons vu, il existe plusieurs manières d’apporter des protéines à l’organisme, au cours d’un repas :

⁃ elles peuvent être essentiellement d’origine animale (viande, poisson et insectes)
⁃ protéines d’origine animale + céréales (spaghetti bolognaise par-exemple)
⁃ céréales et produits laitiers (riz au lait, pâte au gruyère…)
⁃ céréales et œuf (flan , gâteau de légumes…)
⁃ céréales et légumineuses (riz + lentilles, couscous + pois chiches…)

Cela représente donc 5 façons différentes d’amener à notre corps les protéines dont il a besoin au quotidien pour fonctionner normalement. Cependant, il serait peut être judicieux de varier l’apport même des protéines d’origine animale, en remplaçant certains animaux par les insectes par-exemple.

Bénéfices de l’entomophagie dans l’apport en protéines

 

L’entomophagie, ou la consommation d’insectes par l’être humain n’est pas une pratique nouvelle, ni même la dernière lubie de quelques stars en manque de célébrité. En effet, cette manière de s’alimenter remonte à des millénaires, et était même citée par Aristote.
En outre, la consommation d’insectes est particulièrement bénéfique pour l’organisme. En effet, les insectes sont naturellement très riches en protéines, une quantité équivalente voire supérieure à celles des viandes dites « traditionnelles ». Les insectes sont également très nutritifs, et sont riches en de nombreux nutriments, vitamines et minéraux, mais ils sont faibles en matières grasses (ils en contiennent ainsi beaucoup moins que la viande traditionnelle). Ils sont également une source de glucides très appréciable à notre organisme (en d’autres termes d’énergie pour notre corps), sachant que la viande n’en contient pas. Et pour terminer, consommer des insectes, c’est faire un geste pour notre planète !

Pourquoi manger des insectes et varier sa source de protéines 

 

Farine d'insectes | Kinjao.com

La farine d’insectes : une solution pour varier ses sources de protéines | Kinjao.com

 

Les avantages de la consommation d’insectes sont nombreux et se retrouvent sur des plans environnementaux, sociaux et du domaine de la santé.
D’un point de vue environnemental pour commencer : étant des animaux à sang froid, les insectes ont un taux de conversion de leur alimentation beaucoup plus élevé. Ainsi, pour produire 1kg d’insectes, il faudra seulement 2kg d’aliments, contre 8 kg d’aliments pour produire 1kg de bœuf par-exemple. De plus, les insectes produisent beaucoup moins de gaz à effet de serre que les animaux d’élevage traditionnels, ce qui est un plus pour notre environnement. En outre, ils utilisent beaucoup moins d’eau que l’élevage traditionnel, et sont beaucoup moins dépendants du sol que ces-derniers.
En terme de santé, les insectes apportent des protéines et des nutriments de haute qualité, ils sont également riches en acides gras, en fibres et en nutriments (fer, magnésium, sélénium…). Ils sont aussi moins porteurs de maladies, transmissibles à l’Homme, que les animaux d’élevage traditionnel (beaucoup plus proche de l’Homme en terme de génome que les insectes).
Enfin les insectes comestibles peuvent être consommés tels quels ou broyés en farines, transformés en pâtes…. Sans compter qu’il existe près de 1900 espèces d’insectes comestibles dans le monde et autant de façon de varier son apport en protéines !

Finalement, pour être en bonne santé, il faut manger équilibré et varié ! Telle est la devise que l’on ne cesse de nous répéter dans tous les médias. Et pour ce faire, il faut varier son alimentation afin de tirer le maximum de bienfaits de chaque aliment. Ceci est également valable en ce qui concerne les protéines. En effet, diversifier ses sources de protéines est également important, pour rester en parfaite santé. Ainsi, qu’elles soient d’origine animale (élevage traditionnel ou entomophagie), entièrement végétales (légumineuses et céréales), ou mixtes, tirer le meilleur profit de son alimentation signifie lui apporter des nutriments issus de sources différentes. Au même titre que les autres sources de protéines, les insectes représentent une source de protéines de qualité, bonne pour notre santé et notre environnement. Alors, tirez le meilleur parti de votre alimentation en pratiquant l’entomophagie !

Les commentaires ne sont plus autorisés sur cet article.